Importations: Poisson entier congelé, notamment les petits pélagiques et les thons, d'Europe, d'Afrique du Nord-Ouest et de Guinée-Bissau

Exportations: négligeables

PORT: Monrovia est le seul port où débarquent les navires de pêche industriels locaux ainsi que des navires étrangers transitant par d'autres ports de la région ou effectuant des transbordements en mer.


Ministère National Fisheries and Aquaculture Authority
Ministre Emma Metieh-Glassco
Directeur William Boeh
Responsable du SCS Glasgow Togba
Drapeau du pays
Longueur du littoral (km) 579
Superficie de la ZEE (km2)   246.152
Contribution du poisson aux protéines animales consommées 14,9%
Personnes employées  790.000
Contribution de la pêche au PIB    3%
Chalutiers de fond  2
Chalutiers à crevettes  -
Canneurs   -
Thoniers senneurs 36
Senneurs à la sardine   -
Palangriers -

INFORMATIONS GÉNÉRALES RELATIVES AUX PÊCHES AU LIBERIA

Le Liberia a une superficie totale d’environ 111 370 km2, dont 96 320 km2 (86%) est constitué de terres sèches, drainées par des cours d’eau et des rivières naturels. La végétation comprend des forêts et des terres boisées (39%), des pâturages (2%) et des terres arables (environ 36%). Avec un littoral atlantique d’environ 570 km, une plate-forme continentale d’une largeur moyenne de 34 km, offrant une superficie d’environ 20 000 km2 de zones de pêche s’étendant sur 200 milles marins, les pêcheurs traditionnels opèrent le long de la côte libérienne et des eaux intérieures depuis des siècles principalement à des fins de subsistance. 

Les pêcheurs pêchaient du poisson pour nourrir leur famille et les prises excédentaires étaient échangées contre d’autres produits et biens essentiels. La première tentative de pêche commerciale au Libéria a eu lieu en 1848 lorsque Joseph Jenkins Roberts, alors président du pays, a transformé son yacht en bateau de pêche. Le premier chalutier de pêche à opérer dans les eaux côtières libériennes appartenait à Woerman Company, une entreprise allemande établie entre 1938 et 1939 dans le pays. La pêche était une activité quotidienne avec les chalutiers rentrant au port à la fin de chaque journée de pêche et les captures étaient vendues immédiatement pour éviter les pertes après capture en raison du manque de moyens de conservation du poisson frais. Considérant le succès de la société Woerman et la prise de conscience du rôle potentiellement important de la pêche dans le développement socio-économique national, le gouvernement du Libéria, en 1952, demanda l’assistance de la FAO et du gouvernement des États-Unis pour aider à développer son sous-secteur de la pêche. Des experts de la FAO et des États-Unis ont été envoyés pour évaluer le potentiel de pêche du pays. À la suite de plusieurs mois de pêche exploratoire, il a été établi qu’une industrie de la pêche de taille moyenne pouvait être établie dans le pays. Actuellement, la pêche est un secteur clé dans le cadre agricole du Libéria ainsi que dans l’économie nationale. En 2002, la pêche représentait 12% du PIB agricole et 3,2% du PIB national. La pêche joue un rôle essentiel dans les moyens de subsistance de la population côtière et emploie directement environ 33 000 personnes utilisant environ 3 500 petites embarcations (pirogues).

STRUCTURE SECTEUR DE LA PÊCHE

La pêche libérienne comprend trois composantes principales:

  • la pêche maritime, impliquant des activités industrielles et artisanales;
  • la pêche continentale, principalement artisanale; et  
  • l’Aquaculture, à travers la pisciculture.

Principales pêches

Le secteur de la pêche maritime au Libéria est généralement divisé en deux sous-secteurs; i) la pêche industrielle et ii) pêche artisanale. Le sous-secteur de la pêche artisanale est le plus important en termes de poids au débarquement et reste le plus gros producteur de poisson destiné à la consommation intérieure.

Pêche industrielle

La pêche industrielle a commencé au milieu des années 50 et ciblait principalement les ressources en crevette des zones de pêche de Sherbro, qui s’étendaient jusqu’en Sierra Leone. Devenu opérationnel au début des années 1960, le Groupe Mesurado est devenu la principale force dominante de la pêche au Libéria. La société possédait et exploitait plus de 25 navires, notamment des crevettiers et des chalutiers à double gréement. La société appartenait à la famille Tolbert et exploitait son propre port et ses propres installations de traitement d’une capacité de congélation de 3 000 tonnes métriques. La crevette était le principal produit d’exportation de la société, avec une expédition mensuelle d’environ 60 tonnes métriques vers l’Europe et l’Asie. Le groupe Mesurado aurait été l’une des plus grandes entités de pêche de l’Afrique subsaharienne jusqu’en 1980, année où elle a commencé à décliner à la suite du coup d’État militaire.

En 1985, 8 compagnies ont enregistré 19 chalutiers à pêche arrière. Grâce à un système de libre entreprise, environ 30 chalutiers à pêche latérale et pêche arrière ont été enregistrés annuellement dans les flottes industrielles. Environ sept entreprises ont survécu malgré la guerre et des conditions difficiles.

Les sociétés étrangères dominent actuellement la pêche industrielle. Il existe actuellement quatorze (14) sociétés de pêche opérant légalement au Libéria; Six sociétés ne font qu’importer du poisson congelé en haute mer et huit autres exercent des activités de pêche industrielle avec 27 navires de pêche dont le tonnage de jauge brute combinée (TJB) est de 4 122 tonnes. La taille des navires de pêche opérant dans les eaux libériennes varie de 91 TJB pour les chalutiers chinois (transporteurs de glace) à 251 TJB pour les chalutiers dotés de d’installations de congélation, de traitement et de stockage à bord. Les navires de pêche industriels débarquent leurs prises sur le quai de pêche du port franc de Monrovia. Le niveau d’emploi des ressortissants libériens dans la pêche industrielle est de 61%, ce qui représente 17% de l’emploi total dans le sous-secteur de la pêche.

La capture de la pêche industrielle était d’environ 470 tonnes en 1971 et a régulièrement augmenté pour atteindre environ 3 000 tonnes en 1978. Après 1980, les prises industrielles de poisson et les poissons débarqués par les sociétés de pêche libériennes ont fluctué entre 4 500 et 9 000 tonnes, respectivement.

Le poisson débarqué localement par tous les chalutiers autorisés est estimé à 1 500 tonnes et 2 800 tonnes en 2004 et 2005 respectivement (BNF, 2006). Ces chiffres sont extrêmement erronés et il existe de fortes présomptions qu’un certain nombre de navires de pêche industrielle autorisés effectuent des transbordements illicites en haute mer. Ces chiffres ne figurent pas dans les statistiques nationales. Il faut en outre se rendre compte que la capture annuelle dans la ZEE du Libéria est beaucoup plus élevée car le braconnage est généralisé en raison de l’absence totale de suivi, de contrôle et de surveillance (SCS).

Les données disponibles sur les exportations de poisson ne sont pas fiables dans la mesure où les échanges se font généralement par voie maritime, privant ainsi les pouvoirs publics des avantages maximaux tirés du commerce du poisson. Presque toutes les crevettes sont transformées et congelées pour être exportées à l’étranger. Le gouvernement du Libéria encourage les opérateurs à réserver les poissons au marché intérieur, cependant de petites quantités sont exportées.

Le succès de Mesurado dans le secteur de la pêche a été rapidement suivi de l’installation d’une infrastructure à terre, comprenant des chambres froides, une cale sèche et des ateliers de réparation et d’entretien associés. L’ancien complexe de Mesurado comprenait 5 000 t de capacité de congélation, un congélateur à air forcé de 18 t/jour, un entrepôt frigorifique de 2 000 tonnes et du matériel de traitement, mais a été complètement détruit à la suite de la guerre civile. Il existe actuellement à Monrovia environ 32 chambres froides d’une capacité totale d’environ 18 000 tonnes.

Pêche artisanale

Les pêcheurs autochtones Kru, les pêcheurs Fanti et Popoe (et leurs familles) qui ont émigré des pays voisins tels que le Ghana, le Bénin et la Côte d’Ivoire sont actuellement les principaux acteurs de la pêche artisanale. Il y a eu des arrivées récentes de pêcheurs gambiens et sénégalais qui opèrent actuellement dans le comté de Cape Mount. La pêche artisanale est dominée par les pêcheurs Fanti et Popoe, qui possèdent et utilisent les plus grands canoës motorisés. Ils utilisent des filets de pêche et des techniques de pêche plus sophistiqués. Ils capturent donc plus de poissons par voyage que les pêcheurs autochtones Kru.

Les pêcheurs autochtones Kru pêchent avec des équipages de 1 à 3 personnes dans de petites pirogues d’environ 7 m, propulsées par des pagaies ou une voile. Certains sont maintenant alimentés par des moteurs hors-bord de 7 CV. Leurs engins sont principalement des lignes à hameçon et occasionnellement des filets maillants sont utilisés.

Les pêcheurs Fanti, d’origine ghanéenne et établis au Libéria depuis les années 1920 (Marquette et al, 2002), utilisent des pirogues plus grandes, de 12 m, équipées de moteurs hors-bord de 25 à 50 cv, avec des équipages pouvant aller jusqu’à 15 personnes. Leur équipement est plus sophistiqué. Les filets à anneaux et à sac sont utilisés pour les petits pélagiques, mais de grands filets maillants spécialement adaptés à différentes espèces et différentes saisons sont également utilisés. Les Fanti sont responsables d’environ 40% du volume des débarquements artisanaux. Avant la guerre au Libéria, les pêcheurs Fanti étaient responsables de 90% des prises de poisson artisanal du pays.

Environ 13 000 pêcheurs et 18 000 transformateurs de poisson (marchands) et leurs familles vivent dans 139 communautés des comtés côtiers. Ensemble, ils exploitent 3470 pirogues dont 8% sont motorisés (Drammeh 2006) et le plus grand nombre de pirogues opère à Montserrado et dans le comté de Grand Bassa. (Figure 1).

Les débarquements annuels déclarés pour le secteur artisanal varient de 2 000 à 7 700 tonnes/an, avec un débarquement moyen d’environ 1,5 tonne par pirogue par an

Principales ressources et pêcheries du sous-secteur maritime 

Les ressources halieutiques au Libéria peuvent être classées comme suit:

  • Petits pélagiques (Clupeidae [Sardinellas], et Engraulidae [anchois])
  • Grands pélagiques (Scombroidei [thonidés]), et
  • Espèces démersales des familles Sparidae,Lutjamdae, Mullidae, Pomadasydae, Serranidae, Polynidae et Penaedae

Pêches continentales  

Le Liberia est traversé par six grands fleuves qui coulent des montagnes du Fouta Djallon en Guinée. Le Lofa, Saint-Paul, Saint-Jean et Castos sont dans le pays. Le fleuve Mano forme la frontière avec la Sierra Leone et le Cavalla longe la frontière sud avec la Côte d’Ivoire. Au total, le pays compte environ 1 800 km de cours d’eau, presque toutes peu profondes, rocheuses et non navigables. Il existe également de grandes zones marécageuses et de nombreuses lagunes côtières, notamment le lac Piso, l’un des plus grands lagons d’Afrique de l’Ouest. Les estimations de la production à partir de ces sources ne sont pas disponibles.

La valeur de la pêche continentale n’est pas connue, mais il s’agit d’une activité de subsistance saisonnière importante, qui utilise principalement des engins de pêche et des pièges traditionnels. Toutes les filles Almos de plus de 15 ans et les femmes des villages disposent de filets de pêche et pêchent le poisson dans les rivières et les cours d’eau pendant la saison sèche. Traditionnellement, l’une des principales activités de formation des filles est la fabrication de filets de pêche (Seilay, 2005)

Environ 600 pêcheurs et 925 mareyeurs et leurs familles vivent dans 16 communautés de pêcheurs situées le long des étendues d’eau des comtés de Bong, Lofa, Nimba, Grand Gedeh, Gbarpolu et du fleuve Gee. Pour plus d’informations, visitez: WWW.FAO.ORG